Rechercher dans ce blog et pages liées

2019/05/26

DTG-25 mg ep.2



   participez au Forum des discussions !   

DTG-25 mg episode 2

Par Charles-Edouard!


Tu n'as que l’embarras du choix! Sur Paris, il y a pléthore:
https://charles-edouard-ma-liberte.blogspot.com/p/medecins-allegeurs.html
C'est à ce demander où on peut être assez con pour affirmer qu'Eviplera n'est pas fait pour ça: 100% de succès dans ANRS-4D, et pratique très populaire dans Paris/Marais.


Le traumatisme de la rosuvastatine multi dose


Ce billet fait suite à notre premier épisode : DTG-25 mg ep.1

Voici une histoire que tout manager en pharmaceutique se doit de connaitre. Pour obtenir 50% plus d'effet, il faut parfois doubler, tripler, quadrupler la dose. Dans les maladies chroniques, ça va augmenter sacrément le cout du traitement. Et quand il s'agit d'une manipulation métabolique sans le moindre intérêt clinique prouvé, ça risque de coincer à la FDA, à la sécu, à la mutuelle. Pour éviter qu'il n'y regarde de trop près, l'industrie a trouvé une parade: facturer le même prix quelque soit la dose. Elle augmente ses parts de marché, sans que ni sécu ni mutuelle ni patients n'y trouvent à redire...

Tant que c'est remboursé à 100%.

Pas de chance, le médoc est d'une utilité contestable et contestée. Il n'est plus remboursé que partiellement voire pas du tout... C'est le cas des statines, dont la plus puissante (personne ne dit utile) est la rosuvastatine, machin qui inhibe à fond la caisse, mais dont l'effet n'est pas à proportion de la dose. Ça inhibe plus à 40 mg qu'à 5, mais pas huit fois plus... Qu'importe, ils vont la commercialiser au même prix. On trouve les prix pratiqués aux USA, pour les différentes doses, sur ce site comparatif. On y voit que, peu ou prou, le 40 mg est au même prix que le 5 mg.

Alors qu'ont fait les petits malins ? Ils se sont fait prescrire du 40 mg et ont coupé les comprimés en 4! Et comme l'association des retraités s'en est fait l'écho, tous les retraités américains, acculés par un système inique, s'y sont mis! C'est autant de manque à gagner pour AstraZeneca: ils ont encaissé 5-7 Milliards de dollars par an, mais encrassement du prix a du leur coûter entre 500 et 800 millions par an! Quand on aime on ne compte pas, mais quand on compte, on n'aime pas!!!

Donc, multi doses, oui, à la rigueur, mais l'écrasement du prix surtout pas! Est-ce que vous comprenez la logique?

On peut proposer plusieurs doses sans écorner ses bénéfices, ce qu'il leur faut impérativement faire c'est éviter l'écrasement du prix. ViiV va s'y atteler... On voit d'ailleurs une même stratégie dose/prix dans le volet Bictégravir (Gilead). Pour comprendre combien l'extorsion est de mise dans cette industrie, il suffit de lire cet article : Decoding Big Pharma’s Secret Drug Pricing Practices

DTG et le fameux cahier des charges


La lecture du document FDA est vivement recommandée. Normalement, la FDA est sensée vous protéger. Elle doit aussi autoriser, ce qui mérite de l'être, et ne pas y passer des lustres. Il est donc assez légitime de proposer aux fabricants une méthodologie qui leur permette de préparer leur dossier au mieux pour une approbation plus rapide. Ceci dans l'intérêt aussi des utilisateurs.

Même s'il s'en défend pour des raisons de responsabilité, c'est, à notre connaissance, le seul document d'une autorité administrative, qui puisse servir de guide à l'industrie. Du coup, ce document s'établit comme seul et unique cahier des charges (CdC). Si votre dossier est satisfaisant au vu du CdC, vous êtes en position idéale pour obtenir le Saint Sésame (AMM américaine). C'est normal, après tout.

La démarche française, qui se contente de commenter après coup, est vouée à l'impasse: certes la commission de la transparence vous tapera sur les doigts, il vous en vaudra une ASMR parfois très défavorable, et ne vous en coutera que lors de la négociation économique, votre AMM vous sera attribuée néanmoins. Donc, par absence de construction, l'ANSM ne peut en aucun cas vous protéger: ils pissent dans un violon. La FDA c'est autre chose...

Le document FDA exprime les attendus, et, ces attendus reflètent l'état de l'art antérieur: il inhibe tout progrès, y compris en matière de dose. Au prétexte de vous protéger, il protège la FDA, l'industriel, au prix d'un surdosage inéluctable, car, c'est le document FDA qui commande au surdosage.

Pour être considéré digne de l'approbation FDA, la nouvelle molécules/médicament doit apporter un bénéfice anti-retroviral à 3 groupes de patients: ces groupes sont:
- patients naïf de tout traitement, sensibles
- multirésistant en impasse thérapeutique
- multirésistant avec options possibles

très précisément:

Groupe 1: Totalement sensible à tous les médicaments approuvés, traitements ou traitements antérieurs avec antécédents thérapeutiques bien documentés ne démontrant aucun échec virologique.

Groupe 2: pharmacorésistance à plusieurs médicaments et à plusieurs classes de médicaments. Impossible de construire un schéma thérapeutique capable de supprimer les ARN du VIH à des niveaux inférieurs aux limites de quantification du test.

Groupe 3: Résistance aux médicaments présente et capable de construire un schéma thérapeutique capable de supprimer les ARN du VIH à des niveaux inférieurs aux limites de quantification du test.

(d'une certaine façon les groupes 2 et 3 se confondent un peu)

En outre, la FDA n'envisage pas qu'un nouvel ARV puisse être utilisé seul. Tout cela est bien contraignant et les développeurs de DTG n'aurons d'autre choix que de s'y soumettre...
Pour s'en convaincre, prenons l'exemple d'un Absolutegravir, dont nous rappelons la définition: une molécule face à laquelle il ne se développe aucune résistance, et, ce quelque soit la dose. On utilise un Absolutegravir comme une insuline... Trop peu dosé, la CV remonte sans développer de résistance. Autrement dit la barrière à la résistance nouvelle est de hauteur infinie.

Cet Absolutegravir est une situation idéale et nous permet d'imaginer des variantes. Voici une définition pour un type de Quasi-Absolutegravir.

Sous ce QAG, et même en cas de sous dosage, il est impossible de développer une nouvelle RAM (mutation associée à une résistance); la remontée éventuelle de CV ne traduit qu'un dosage insuffisant. Par contre, il a un (petit) défaut: il existe une mutation qui le rend 100% inefficace. Cette mutation ne peut pas être acquise sous QAG mais peut avoir été acquise sous des X-gravir, antérieurs et plus faibles.

Une telle molécule serait d'un intérêt phénoménal pour le Groupe 1, mais sans intérêt aucun pour le groupe 2: ce QAG, hypothétique, ne satisfait pas au CdC de la FDA: il ne peut pas être mis sur le marché!!!

Un comble! Parce qu'il serait sacrément utile ! Mais bon, même s'il existait (et on peut même raisonnablement faire l'hypothèse qu'il existe) il marquerait, à terme, la fin des profits pour l'industriel, qui ne le proposera qu'en tout dernier ressort.

Prenons maintenant un autre QAG-2. Sous ce QAG-2, et même en cas de sous dosage, il est impossible de développer une nouvelle RAM (mutation associée à une résistance); la remontée éventuelle de CV ne traduit qu'un dosage insuffisant. Par contre, il a un (petit) défaut: il existe une mutation qui le rend 50% inefficace. Cette mutation ne peut pas être acquise sous QAG-2 mais peut avoir été acquise sous des X-gravir, antérieurs et plus faibles. Là, ce QAG-2 va répondre au CdC de la FDA : il répond aux besoins du groupe 1 mais aussi des autres groupes, même si ce n'est que partiellement. Il va passer l'examen haut-la-main. Évidemment, il faut proposer un dosage qui réponde aux besoins du groupe 2&3. C'est exactement ce que va faire l’équipe de développement: dans une présentation (voir ci contre, la source est ici), ils expliquent parfaitement ce double objectif:
La dose proposée à la FDA répond à un double objectif. Bon... On aura compris... mais quid si ce second objectif (efficacité sur les mutants résistants) ne vous concerne en rien ? Pourquoi diable prendre une dose de thérapie de secours (deuxième ligne, salvage therapy) quand vous n'êtes concernés en rien ? Pourquoi répéter à l’encan (crânement et connement) : nous sommes tous différents, si c'est pour oublier que nous appartenons soit à un groupe cible soit à l'autre et qu'on peut le savoir.

Franchement, ça vous botte de prendre la dose qui conviendrait à une patiente résistante à Genvoya ® (et encore... ça ne convient pas toujours) alors que vous n'êtes nullement concerné!

Vous voulez entrer dans le traitement avec une Pentathérapie de secours ? Non c'est ridicule... Alors pourquoi prendre une dose de DTG aussi énorme ?

On verra dans un prochain billet, comment ViiV s'y est pris pour optimiser, à vos dépens, son efficacité financière, en toute impunité...

Judiciarisation


Crises des opioïdes aux Etats-Unis : des responsables pharmaceutiques poursuivis (Le monde)

Dans l'actualité


- Plosmedecine proteste contre les essais au seul bénéfice de l'industrie et au détrment d'une saine discussion scientifique: The Ethics of Switch/Simplify in Antiretroviral Trials: Non-Inferior or Just Inferior?

- Doravirine ® n'est en définitive pas terrible: DRIVE-AHEAD Trial's results and the need of a right comparator drug.

Le génie français


Les variations Goldberg sont un hymne au silence. Les interprétations par Glenn Gould inoubliables. Insurpassables? Pas sûr... Il nous manquait une interprétation de génie, au clavecin. vous en rêviez ? S. Ross ne l'a pas fait, Jean Rondeau, si! Et vous la trouverez sur YouTube

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

bon Week end, bonne bourre et pas trop de médocs ... Hein?

2019/04/22

DTG-25 mg ep.1



Production en baisse, car je suis à fond dans Omnibus et le projet d'institut... Mais bon... Le blog s'enrichira d'autant

   participez au Forum des discussions !   

DTG-25 mg episode #1

Par Charles-Edouard!

De la part d'un lecteur astucieux:


La discussion sur DTG 25mg va être intéressante, et, super importante avec l'arrivée annoncée des injectables, où tu vas pouvoir prendre demi-dose, sans risque d'oublier...

DTG 25mg: c'est le moment d'ouvrir le débat !


La science est la démarche qui nous évite de nous fourvoyer. (inspiré de Carl Sagan) La science est la recherche honnête de savoir à propos de la réalité (PZ Myers)

C'est l'art de se poser des questions, de bonnes questions. Ouvrons le débat sur un sujet inspirant, édifiant, excitant, et, salvateur. La toubib a le privilège de la prescription: choix des molécules, de la dose et du rythme. Ce privilège est dénaturé à force de ne pas s'en servir. Il est devenu insoutenable et le sera plus encore: les combos sont construits au seul gré du Lego industriel et financier, les doses choisies en dépit du bon sens, et le rythme, sans même tenir compte de la chrono-physiologie du virus.

Alors que la surmédication est patente, depuis l'arrivée de Tivicay ®, personne ne se pose la question: mais pourquoi diable tant de milligrammes: 50! rien que ça!!! Rien ne vient justifier un tel choix. Pourtant, le taux d'abandon, pour effets secondaires, est de 10 à 15 % à 3 ans, alors qu'à l'inverse la puissance antivirale est sans égale, et les échecs purement virologiques sont rarissimes...

Quand on est à ce point proche du ZéRo-échec, on peut légitimement se poser la question: ne s'est-on pas mis trop loin de la falaise...

Nous ouvrons le débat par cette question simple: d’où tenez vous que 50 mg soient nécessaires ? (en général, et pour moi, patient, en particulier)

Un de nos alliés se gaussait de ses collègues qui empoisonnent leurs patients à force trithérapie de DTG, alors, que lui, lui, fait de la bi et de la mono. A quoi je lui répondis qu'il était en tord tout autant pour ne s'être jamais posé le pourquoi du comment de ce 50 mg...

Voici comment nous allons exposer la question:
- le péché pharmaceutique originel : l'oblique et le S
- l'essai d'escalation est obligatoire mais ils s'en foutent
- EFV 600 mg un fâcheux précédent
- le traumatisme de la rosuvastatine multi dose
- DTG et le fameux cahier des charges
- DTG existe en 4 doses
- DTG-25 mg a été évalué et on ne vous en parle pas...

La maltraitance est si flagrante à nos lecteurs que le sentiment d'un complot ourdi contre nous et nos finances les envahit. Tenons nous-en aux faits:

Le péché pharmaceutique originel: l'oblique et le S


Le graal pharmaceutique: la courbe en S. On prête à Galien d'avoir formalisé l'observation suivante: l'esclave prépare l'opium pour son maître, insomniaque. Trop peu, c'est sans effet, à la bonne dose, il dort bien, trop dosé, il le tue. Sur une certaine plage, l'effet est à proportion. 2 fois plus et l'effet est doublé. D'où l'idée d'une droite oblique, avec, à son pied, une entrée en pente douce, et, vers ses plus haut, soit une saturation (c'est alors un médicament) soit une explosion (c'est alors un poison). C'est basique et primaire, certes, mais c'est un peu comme cela que ça marche, en général. Du nom de Galien, on nomme l'art de la préparation: la galénique...

Le Graal pour l'industrie pharmaceutique est de trouver cette courbe en S: une fois qu'ils ont la courbe, ils sont à peu près assurés de réussir leur coup, surtout en matière d'approbation réglementaire: c'est tellement canonique que leur exposé devant les autorités se déroulera sans encombre. Evidemment, après un premier obstacle: la toxicité.

Dans le roman à tiroir du Dolutegravir, vous aviez peut-être raté un épisode: ViiV (GSK) avait, initialement, un bien tout autre plan ... L'idée de base était de mettre sur le marché un INI lambda, à l'instar de Raltegravir ou Elvitegravir. Seulement voilà, il était par trop toxique. Voilà ViiV bien dans l'embarras... Rien que de vielles molécules dans le portefeuille et rien pour renouveler.

Une autre société, inconnue aux ARVs, mais connue par ailleurs (on y reviendra), Shionogi, Osaka, Japon, a un INI de 2 ième génération, bon candidat. Shionogi: des Kadors de l'inhibition! ViiV achète les droits moyennant 10% de ses actions (estimation : 2 milliards de dollars, quand même...) et des royalties (pourcentage inconnu, probablement élevé). Qui de Renault ou de Nissan a le pouvoir? En pratique ?? Là, c'est un peu pareil... ViiV est plutôt le faux-nez de Shionogi. Il faut réussir à tout prix l'introduction de Dolutegravir, il en va de la survie de ViiV.

La courbe d'efficacité, en S, signifie, qu'au delà de la zone linéaire, lorsqu'on double la dose, on ne double pas l'effet. Mais, ça coûte 2 fois plus... Vous avez un petit creux: vous mangez une petite banane, ça le fait... Mais bon... Juste... Alors vous mangez une seconde petite banane, histoire d'être tranquille. On se laisse tous piéger... Manger une petite banane était un excellent plan. La deuxième est un supplément d'âme, la part des anges. Pour un bénéfice très marginal, il vous a en couté 2 fois plus.

Le coût augmente linéairement, à proportion; l'effet recherché, lui, sature.

l'essai d'escalation est obligatoire mais ils s'en foutent


Une fois passé l'essai de phase I (toxicité), la réglementation oblige à un essai de phase II: l'escalation de dose. En pratique, la dose qui sera retenue fait partie des doses testées. S'il n'y a pas de bénéfice additionnel à augmenter la dose, il n'y a pas lieu d'augmenter la dose.

La FDA, qui, historiquement, a été instituée pour protéger la patiente impose ce formalisme. Par contre, au vu des résultats, ce n'est pas elle qui décide de la dose... L'industriel propose, la FDA dispose. Donc la FDA n'impose pas, formellement, de s'en tenir à la dose optimale.
L'industriel peut choisir de commercialiser une ou plusieurs dose(s). Face à plusieurs dosages possibles, l'industriel (on précise bien l'industriel) fait des choix, choix qu'il va optimiser en vue d'optimiser son revenu financier. Choix dont il va être dédouané, en principe, par la présence de 2 recours: la FDA (ou l'ANSM) peut refuser, et, in fine, le médecin peut ajuster la dose. La FDA fixe les règles du jeu à l'avance: le document est ici...

L'industriel pharmacien ne fait que proposer... La responsabilité du dosage est médicale, pas pharmaceutique. En pratique, le seul dernier rempart à l'empoisonnement par toxicité cumulée est la patiente elle-même.... Donc l'essai d'escalation n'est qu'un exercice formel, dont le fabricant peut aisément, au titre d'une excuse quelconque, ignorer les conclusions.

EFV 600 mg un fâcheux précédent


Je dois être à peu près le seul à relater cette triste affaire: voir ici ou alors cet article rageur: Optimisation de dose: une stratégie pour améliorer la tolérance et réduire les prix ​​des médicaments antirétroviraux, par Hill, Ananworanich et... Calmy! (sic)

L'essai de phase 2 indiquait clairement un avantage au dosage 200 mg. Il n'y avait aucune raison objective pour choisir 600 mg. Apparemment personne n'est d'ailleurs capable de dire qui a choisi 600 mg, dans quelle circonstances, et de quelle autorité. Chaque fois que vous la rameniez sur le sujet, on vous renvoyait dans vos 22 m. Jusqu'à l'essai ENCORE-1, sa validation par l'OMS, et la commercialisation du produit, ce dont personne, personne ne vous parle! Ils sont tous murés dans un silence complice... Avec DTG, c'est rebelote, mais, là, on connait les acteurs et leur rôle... De combien EFV est-il surdosé ? 2 fois? 3 fois ? 6 fois ? Va savoir... Avec DTG, on va à des multiples effarants: 2 fois, 5 fois, 15 fois, 25 fois ... Hallucinant!

Bon allez, on continuera une prochaine fois...

Dans l'actualité


- Levothyrox : l’étude qui donne raison aux patients: un simple re-analyse des essais. On fait l'essai, on laisse le fabricant en faire l’interprétation, et hop! la cata. Voir notre analyse sur Isentress HD et ses 1200 mg!

- L’infection par le VIH ne recule plus en France. A répéter les mêmes erreurs, on obtient les mêmes échecs. Le dépistage ciblé a atteint ses limites... En remettre un couche n'aura, à grand peine, qu'un effet marginal.

- Le dépistage du cancer colorectal est si chiant qu'il est en voie de délaissement. On se désole par avance des 'ventes' du préservatif remboursé. Une bonne intention, tournée au ridicule par l'administration...

- On apprend, grâce à un document Actupien, éclairant et sidérant à la fois, que le Gardasil, ce fâcheux vaccin si cher et si controversé est maintenant gratuit en CEGIDD. Si vous êtes à risque (ex. Jeune homo), c'est à considérer avec soin. Le rapport bénéfice/risque est à chier pour la population générale (filles et/ou garçons, qu'importe), par contre pour une personne au risque avéré, c'est une autre affaire.
Pour ma part, étant à risque élevé pour l'Hépatite B, je suis vacciné. Pas au point de réclamer, à corps et à cri la vaccination des nourrissons! Obliger à une intervention médicale au seul bénéfice d'autrui est un crime contre l'humanité (jurisprudence Nuremberg)

- On apprend, par la bande, une décision prise en catimini: le vaccin BCG, dont l'inefficacité n'aura été démontrée que sur le tard, n'est plus obligatoire pour les personnels de santé. Dans cette affaire à dormir debout, le scandale est si énorme qu'on aura voulu en sortir touche par touche, par la petite porte.
Aujourd'hui le BCG est enterré! Mais ça, ils ne vont pas le claironner sur les toits. Certains vaccins sont utiles, d'autre pas! Faut arrêter de raconter des conneries... Forcer à des vaccins inutiles voire dangereux, c'est mettre du gaz sur le feu et alimenter les anti-vax.

la surmédication est une chance si vous savez en tirer parti!



Les commentaires


Anonyme 23 Avril 2019


Charles-Edouard! 24 Avril 2019


Anonyme


Evaristo


Charles-Edouard!


Charles-Edouard!


TiTar


Anonyme


Charles-Edouard!




2019/03/03

allègement vs intermittence


   participez aux discussions !   

allègement et intermittence

Par Charles-Edouard!

Un lecteur pose l'inévitable question:
C'est la question que tout le monde va se poser... Presque tout le monde... D'autres iront plutôt vers le 3/7. C'est tout l'objet du projet OMNIBUS que d'y répondre. Rappel: ce blog n'est pas un conseil médical

allègement vs intermittence


Depuis notre Staff à la Salpêtrière (Sept. 2018), il est convenu d'appeler allègement, ce qui utilise moins de molécules et intermittence, les cycles court et ultra-courts. Ramener la concentration d'EFV de 600 mg à 400 mg (voire 200 mg) ne porte lui d'autre nom que 'correction d'erreur méthodologique' .... Évidemment, il y a des gens qui vont vouloir faire les 2 ... D'autant que le 4/7 en bithérapie commercial, est, lui, inévitable... Inévitable, car le seul avantage du MK-8591, l'EFdA commercialisé par Merck est sa demi vie de ... 168 h! Penser que le 4/7 en BI ne se fera pas est une ineptie... Il est tout à fait légitime de se poser, dès à présent la question.

Pour des patients soigneusement triés, MONO-DTG marche très bien, et je puis vous assurer que c'est très agréable, vu que le cachet est tout petit. Moi, je l'ai fait marcher en demi-cachet (7/7) et quart de cachet (7/7)! Je t'assure que quand tu prend ton quart de cachet devant témoin, elle est bluffée... La Mono-DTG a une rémanence de 3-4 jours, c'est écrit dans le Vidal, et testé dans l'essai ING XXX; Donc des gens ayant réussi leur Mono-DTG en 7/7, sont passé en 4/7, dont mon excellent ami jesuisdutreize. Le point faible de cette stratégie est qu'il y a un talon d'Achille si le virus a été traité, à un moment ou un autre, par RAL ou EVG. Pour ceux dont le virus est ancien (antérieur à 2007), il suffit de regarder l'historique des prescriptions. Pour les nouveaux, c'est une peu différent, car leur virus a pu être ainsi (mal) traité par celui-celle qui l'a refilé. Or, on ne sait pas faire un génotype pertinent pour cette affaire, donc, là, il y un risque aléatoire, d'autant plus grand qu'on a utilisé Isentress ® (RAL) avec libéralité, comme en Hollande ou dans l'Ouest de la France...

Donc, avant d'envisager une MONO-DTG en 4/7, il faut être sûr de chez sûr qu'on est du bon coté du manche... Le passage par 7/7 est donc plutôt une bonne idée. Il faut une observance parfaite durant cette première phase. Là c'est important; ensuite on peut travailler l'intermittence, sous suivi biologique rapproché, comme toujours. MONO-DTG en 4/7, c'est top. Aujourd'hui, sur Paris, c'est le Pr. Katlama qui fait référence sur la Mono-DTG.

OMNIBUS-Bicycle


Une fois qu'on a compris le processus qui mène à MONO-DTG 4/7, on comprend mieux que le processus qui mène à Bi-DTG 4/7 nécessite une bonne vraie validation honnête du DTG/x, en 7/7, pendant un certain temps. Sous cet angle là, la démarche est la même, quelque soit le x dans DTG/x: soit 3TC, soit RPV, soit ATV (boosté ou pas), soit rien. La cause en est ce Talon d'Achille, identifié par Katlama et confirmé par les explorations ultérieures.

Après, il y a le choix de la deuxième molécule (ou pas). L'avantage indéniable de la Mono-DTG c'est qu'en cas d'échec (hors Talon d'Achille), il n'y a pas de résistance à DTG. Disons, en tout cas que DTG peut continuer à être utilisé. Martinez, Lanzafame, et à titre personnel, moi même, estiment qu'il suffit de renforcer, sans faire une croix sur DTG: ça c'est plutôt cool!

3TC: En cas d'échec sous DTG/3TC 4/7, le maillon faible ce n'est pas DTG mais 3TC, autrement dit la mutation M184: celle là elle est chiante... On l’élimine facilement par jachère (1 an d'arrêt de traitement) mais on va t'emmerder toute la vie et tu peux dire adieu aux bithérapies, à l’intermittence 'classique', etc... L'objectif de DTG/3TC en 4/7, c'est bien si ça marche, et, après tu fais quoi?

RPV: mieux vaut ne pas être susceptible à la dépression pharmaco-induite... DTG d'un coté, RPV de l'autre, il y en a beaucoup qui ne supportent pas. Comme toujours, si tu supportes, ça le fait, et c'est Juluca®, en un seul cachet. S'il n'y avait pas d'alternative, ce serait attirant.

ATV: C'est le truc dont on parle. La barrière à la résistance la plus élevée est DTG et ATV juste derrière, donc là, c'est béton. Moi, j'en suis très content, pas de problèmes hépatiques et surtout ça permet d'aller vers le 3/7. Là, Leibowitch et Katlama sont d'accord, pour une fois... et l'envisagent pour le 2/7. Ca c'est quand même cool de chez cool. Katlama dit avec booster, Leibo dit sans...

Tant qu'à choisir entre MONO-DTG 4/7 et DTG/ATV 2/7, pour moi c'est tout vu: DTG/ATV 2/7... Et là rien n’empêche de commencer MONO-DTG --> MONO-DTG 4/7 --> DTG/ATV 2/7, avec Katlama par exemple.

OMNIBUS-3D


Tu peux aussi considérer, c'est quand même le plus simple, d'avancer vers 3/7 avec ton Triumeq ®, il est éligible dans l'essai OMNIBUS-3D et toi aussi, vu que tu es en succès en 4/7. OMNIBUS-2D n'est pas encore finalisé, mais c'est sûr, Triumeq® est dedans! Triumeq® 2/7

Mon expérience personnelle inclut le 4/7, le 1/7, le 1/15 (méthode Leibo modifiée), la Mono-DTG, en 4/7, en 1/7 (échec), les Bi DTG avec 3TC ou avec ATV. Le seul truc où on a la satisfaction d'avancer, c'est 4/7, 3/7, 2/7, 1/7, etc

StratégieUnité de Toxicité
par semaine
commentaire
TRI à la con (7/7) 21 si vous avec des actions dans les Labos...
Bi: DTG + 3TC, 7/7 14  validé (Lamidol)
Toute TRI classique 4/7 12 bientôt ringard ?
Bi: DTG + 3TC, 4/7 8  Omnibus-Bicycle, pas commencé
Quadri-Leibo (2/7) 8 démontrée rigoureusement, mais Videx® indisponible
Mono-DTG 7/7 7  prudence (talon d'Achille et observance)
Mono-DTG 4/7 4  prudence (talon d'Achille et observance)
Quadri-Leibo (1/7) 4 démontrée rigoureusement, mais Videx® indisponible
Formule Charles-Edouard! 3 nouveau 1/7 (1/15) en cours exploration

Qui aller consulter


Dans l'affaire, ce n'est pas le toubib qui importe, ce sont les CV rapprochées: si le toubib te file l'ordonnance, c'est gratos, sinon c'est 70 Euros par CV: pas le bout du monde... C'est quand même le gros avantage de Triumeq ® 3/7 ou 2/7! Tu ne t'emmerdes pas! La prudence commande de bien faire les CV rapprochées

Moi, c'est comme cela que je garde le même toubib: il n'est pas à l'avant garde, c'est sûr! A la rigueur, aucun toubib ne me conviendrait... Leibo est hors circuit, puisqu'il a annoncé quitter l'affaire (vu son âge, c'est compréhensible et inévitable). Katlama, dépêche toi, la retraite c'est pour bientôt, mais une fois que le plan est fait, il est fait.

J'ai publié une liste de toubibs bienveillants, tu choisis...

A l’évidence, les alter egos de de Truchis, comme Landman ou PM Girard, ne te seront pas un deuxième avis intéressant, c'est kif-kif, en plus, ils sont tenus par les essais ANRS...

Pour une définition stratégique éclairée Katlama (ou peut-être Valérie MARTINEZ) à la Salpé, et tu commences aussi à prendre bec avec Jean Derouineau, qui a eu la bonne et sympathique idée de demander à faire parti de la liste et qui fait un peu tout, en médecine de ville.

Des nouvelles d'Omnibus


Ca bouge enfin! La période de consultations autour du protocole touche à sa fin et il est finalisé: reste à convaincre quelques cliniciens, et c'est en bonne voie. Bon... Ça avance cahin caha... Coté financement, j'avance aussi... Bon... Là, inutile de dire que les vents sont contraires, mais bon... Je viens de réussir un coup absolument fumant, dans un domaine connexe, et, en plus on me laisse entendre que le financement est en bonne voie. Et c'est un beau financement! Je vais faire encadrer la lettre d'approbation, tellement je suis content!

Dans l'actualité


- L'étrange étude ANRS NAMSAL

- Les Videocasts de la conférence de Glasgow sont disponibles

- Comme prévu, les overdoses d'opoides arrivent en France.

- des nouvelles de Morgane BOMSEL qui a publié Réservoirs de VIH-1 dans les macrophages urétraux de patients sous antirétroviraux, ce que vous pouvez retrouver sur youtube. On y reviendra!

- Biosantech relance l'idée de la réduction du réservoir avec son vaccin TAT-OYI et lance un appel aux patients; cette fois-ci ils envisagent son utilisation comme méthode adjuvante à l'intermittence; la question des méthodes adjuvante est très intéressante, et cela mérite d'être explorée plus avant. Dans la même veine, Faucy avait suggéré l'usage combiné des Anti Corps à large spectre et des ARVs...

La surmédication est une chance si vous savez en tirer parti!

Les commentaires


Joelle 5 Mars 2019


Charles-Edouard! 6 Mars 2019


Joelle 6 Mars 2019
Charles-Edouard! 10 Mars 2019
Joelle 10 Mars 2019


Anonyme 1 Avr. 2019


Charles-Edouard! 4 Avr. 2019


Anonyme 4 Avr. 2019


Charles-Edouard! 5 Nov. 2019



2019/02/24

toxicités



   participez Forum des discussions !   

La toxicité? Dans vos rêves ma brave dame...

Par Charles-Edouard!

En voici un qui a morflé! Faut-il donc être bien inconscient!
Le pire, dans cette triste affaire, c'est quil y a des patients avec 800 CD4 avant de commencer un traitement qui gâche la vie. Si le U=U est un bénéfice indéniable du traitement, encore faut-il en avoir l'usage! Sous nos tropiques, la Cohorte HIV causal montre clairement, qu'il n'y a aucun sur-risque à différer jusqu'à 350. Idem pour START, dont le sur-risque mesuré est à l'exact proportion des participants du Sud (où le sur rique est réel, on le sait grâce à TEMPRANO) et de ceux du Nord, à sur-risque nul, faut-il le rappeler. (voir mon billet Traiter-tôt: Comment Morlat est trompeur.

A tout le moins, il pourrait profiter de l'essai LOTTI, dont les perroquets parlent ici, l'article original est là. Perso, mon inclinaison naturelle m'invite à traiter, mais mal-traiter ainsi le pauvre homo de base, déjà paria d'une société qui le rejette, sans parler des milieux professionnels, ah bah NON!!!


Toxicité vs bénéfice


Quand le bénéfice est réel ou imparfait face à une situation de danger réel, une toxicité importante est acceptable: ex AZT, en son temps, certaines chimios, etc. Quand le bénéfice est putatif voire illusoire, à l'inverse, la toxicité acceptable ne peut pas être à 10-20%, mais tout au plus à 1-2%. Le Dr Marc Girard nous livre une analyse au vitriol de Gardasil, dont on attend toujours la preuve qu'il y a un bénéfice ou que l'immunisation est durable. Certains rêvent d'une vaccination de masse des jeunes filles (et même des jeunes hommes)... Ici, un des problèmes est qu'il est absolument impossible d'identifier de façon certaine une toxicité à 1 %, mais que multipliée par le nombre d'innocentes ainsi violées, cela va faire du chiffre!

Dans la même veine, qu'on aille nous démontrer le bénéfice réel d'une vaccination des nourrissons contre une maladie essentiellement sexuelle, dont la durée d'immunisation n'est que de 10-15 ans (je parle en connaissance de cause, je suis vacciné, avec rappels, et je surveille): arrivé à l'age du risque (disons 15-45 ans...) ils ne sont plus immunisés! La couverture vaccinale contre l’hépatite B chez les enfants de 24 mois (87% en 2015) est très élevée, mais moins de la moitié des adolescents sont vaccinés. Et on rend obligatoire la vaccination des ... des... nourrissons: cherchez l'erreur! Faudra-t-il attendre 40 ans pour se rendre compte que la vaccination des nourrissons n'a aucun effet sur l'incidence? S'il existait un vaccin contre le VIH, dont la durée d'immunisation soit de 10-15 ans au max, comme pour le VHB, est-ce que ça vous viendrait à l'idée de vacciner obligatoirement les tout petits ???

Il ya des idées toxiques, des personnages toxiques...


Quand on invite au débat des Rouzioux ®, des Raffis ®, des Peytavins ® (et j'en passe...), on le pourrit: voilà des gens dont il faut se tenir à l'écart! Je ne vous parles même pas des tartineurs de statines comme Danchin ® ou Steg ®... Et notre pauvre patient, vous ne pensez pas qu'un bon coup de pied au cul de son toubib ne serait pas mérité ? De toutes façons dès que vous entendez Genvoya ®, prenez vos jambes à votre cou et allez lire ce qu'en disait la commission de transparence...

Dans l'actualité, le génie français


Apparemment, il y a encore beaucoup de gens pour lui rendre hommage, semaine après semaine. J'aimais bien le personnage, même si j'achète ailleurs...

la surmédication est une chance si vous savez en tirer parti!


Les commentaires


Pierre 1 mars 2019


Anonyme 2 mars 2019




2019/02/12

Sonigo et Darwin


   participez au Forum des discussions !   

Sonigo et Darwin: plaisir neuronal !

Par Charles-Edouard!

Le 12 Février: C'est la Saint Darwin!


Dans mon billet précédent, j'ai mis des choses assez puissantes! D'abord ce tableau de glissement du risque et du non-risque, qui cartographie le chemin à la rémission (Eclipse infinie): on l'exploitera plus avant. Aussi que Darwin est le plus grand scientifique de tous les temps: cela ne m'est apparu que récemment. Avant, j'aurai plutôt mis Copernic, Galilée, Newton, Einstein ou Dirac... Il se trouve que le problème à résoudre, qui est ici, là, devant moi, est biologique et que l'on ne saurait penser la biologie sans l’Évolution.

Darwin est un homme de son temps. Si cela n'avait été lui, cela aurait été Wallace (que Darwin lui-même désigne comme co-inventeur). Mendel avait déjà découvert la granularité de l'hérédité (d'où le gène). Darwin était déjà un auteur très lu, à l'égal de Dickens, avant même 'de l'origine des espèces'. N'en faisons pas un héros mais une balise et une inspiration.

Se posent à nous au moins 2 problèmes scientifiques majeurs: comment se débarrasser du virus (ou du moins de ses effets) et pourquoi a-t-il un effet si délétère (pour un virus si malingre, si lent, si peu adapté): une fois qu'on aura répondu à ces questions, tout ce qui aura été dit auparavant paraîtra irrémédiablement faux. Les Siliciano, Rouzioux et autres empêcheurs de cycler en rond, seront tournés en ridicule. Rouzioux aura la double peine, car nonobstant son hystérie de la résurgence immédiate du réservoir (invalidée par les interruptions analytiques) elle aura aussi argumenté contre l'avis Suisse, retardant d'autant l'inévitable admission du U=U: autant dire qu'elle aura gâché la vie de pas mal de monde!

Il faut trouver un corpus théorique autre. Faucy observe et exploite l'Eclipse d'au moins 7 j., Sonigo explique à Leibowich la courbe de résurgence lente. Charles-Edouard!, en personne, présente à Pasteur le Choke-and-Mute comme voie exploitable vers la rémission (revisionnez la vidéo!). Darwin a mis 40 ans à peaufiner son truc: le choke-and-mute est à peaufiner aussi. Il est la base de la rémission dynamique, du 1/7, du 1/15. Pardon, c'est l'attrition (érosion) de la distribution d'espérance de (sur)vie du virus qui compte. On a présenté les variantes théoriques: Ptoléméene (Leibowitch, l'éternel (non)-retour), Newtonienne (Weinberg, l'enfouissement d'ADN); il y a aussi la Darwinienne (Sonigo, l'enfouissement populationnel). Cette dernière est peut-être la plus intéressante, mais rarement bien introduite.

Leibowitch s'y est essayé dans 'En finir avec le Sida', mais son chapitre avec des forêts et des lapins est imbitable. Cela lui vient de Sonigo, co-auteur de Kupieck, et l'histoire des lapins vient de Lokta et Voltera, dont je ferai, un jour, la démonstration que la solution aux problèmes sus-cités est là. C'est imbitable car l'allégorie n'est pas accessible au commun des mortels, tant l’Évolution et la dynamique des populations est peu ou mal enseignée au secondaire. L'Occident et sa médecine demeurent imprégnés de Créationnisme et de Lamarckisme.

Actualité Pasteurienne


A fait grand bruit médiatique, la publication d'Asier Sáez-Cirión (Pasteur), comme quoi la persistance virale se fait dans les cellules à faible glycolyse, donc au métabolisme lent. L'effet d'annonce est ici, l'article original là. Il suffirait donc de les réveiller un peu pour libérer le virus et le zapper par trithérapie. Franchement cette obsession à vouloir réveiller ce qui, inéluctablement se réveillera va contre ma propension à faire la grasse matinée, quand l'envie m'en prend. L'actualité Pasteurienne a ceci de remarquable de n'être, en fait, qu'une re-découverte de ce que le virus résiduel se cache dans les cellules à faible métabolisme/rotation (donc longue demi-vie, hi, hi, hi...). Re-découverte donc... D'une découverte du Golden-Boy pasteurien: Pierre Sonigo. Bon... Au moins cela nous permet de remettre le projecteur sur... les lapins dans la forêt...

Sonigo vous commente cette actualité


Moi: L'Origine des Espèces a muri 40 ans d' échanges épistolaires, toujours utiles dans la formation de l'idée scientifique, au point que la paternité (donc le Nobel...) est problématique. J'ai dévoilé un peu d'OMNIBUS, car j'ai l'assurance que cela va se faire, sans tarder. Donc, Sonigo nous gratifie d'un commentaire d'autant plus cher qu'il a la parole rare et et fondamentale à l’avènement du 1/15 (voire mieux), qui n'est qu'une question de temps et de persévérance. Dans ce court commentaire sonigien, se cachent des piliers de la biologie moderne: la capacité potentielle (carrying capacity), la sélection par la capacité (plus subtile que survival-of-the-fitest), un Lokta-Volterra, autant de concepts qu'on expliquera plus avant. Sans plus attendre, voici le Sonigo-dans-le-texte, brut de tirage:

Sonigo textuel: c'est génial !


Eh bien voila! C'est clair !!!

Et pour y réfléchir plus avant, relisez Ni Dieu ni gène. JJ Kupiec et P Sonigo. Seuil, 2000.

Dans l'actualité


- Pédophilie et catholicisme, le scandale à découvrir dans le Figaro. C'est marrant, c'est ce genre de chose qui pourrait mettre fin à une hystérie vieille de 2000 ans, alors, qu'on reste effaré par les stupidités morbides qu'enseignent ces gens-là, une 'espèce' en voie d'extinction... Allez... Basta...

- On reparle beaucoup des vaccins: voir cette vidéo à Pasteur. Le sujet m’intéresse, mais plutôt comme adjuvant potentiel à l'intermittence, on y reviendra...

- Cartographie, région par région des grandes pathologies à découvrir ici. L'outil est à l’adresse https://geodes.santepubliquefrance.fr. Les données brutes sont disponibles!

Le génie francais


Le facétieux Pr. PZ Myers célèbre la Saint Darwin, en vidéo, en anglais, à sa façon... Particulier mais intéressant. Vous lui préfèrerez peut-être cette vidéo biographique de Pierre-Henri Gouyon: c'est très inspirant... La science, ca ne se fait pas en 5 minutes... Le sexe comme objet de l’Évolution: tout un programme!

Tiens, en parlant de sexe, je prépare un billet sur les prophylaxies... Vos témoignages sont les bienvenus

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

Les commentaires


Anonyme 18 Fev. 2019