Rechercher dans ce blog et pages liées

2016/01/23

Monothérapie Olé


Monothérapie: Olé !


Le seul passage à la monothérapie de Tivicay ® ne répond pas à cette question: il faut apprendre à réduire la dose: c'est sain et utile.
Avec les traitements classiques: ICCARRE 4/7 ou 1/7 (ICCARRE 4/7 suffit à ce projet); avec la monothérapie de Tivicay ®, il faut envisager la réduction de dose ou Hypodolu.
La monothérapie de Tivicay ® a le vent en poupe. Ça se comprend...

Et pour faire du stock, il n'y a qu'une façon: économiser, donc réduire la posologie.

Il n'y a que 2 questions à se poser:

1 - La monothérapie de Tivicay ® (m') est-elle possible ?, et si oui,
2 - En maintenance, le 10 mg fait-il aussi bien que le 50 mg ?


Les billets concernant EACS-2015 commencent là...Ici, j'ai élagué le résumé de la présentation EACS par Univ. de Barcelone (les transparents sont ici):

HYPO-DOLU EACS 2015 Barcelone monotherapie Tivicay Dolutegravir Esteban Martinez Barcelona vih


Que retenir: ça se passe sans problème. Une seule exception (sur 37 patients): un patient multi-traité, venant, en particulier d'un traitement à base de Raltegravir (Isentress); cet 'échec' ayant peu de conséquence car la CV reste très faible: le patient reste sous monothérapie de Tivicay ® à 50 mg/j. A noter aussi que la mutation (118R) est une mutation cul-de-sac, qui réduit un peu l’efficacité de DTG sans ouvrir de voie vers d'autres mutations et un échappement viral conséquent.

Pour nous ce qui compte c'est que ça semble vouloir marcher pour 32 des 33 patients (96%). Pour l'un des 2 patients qui prenait précédemment un INI de première génération, ça le fait, pour l'autre moins... Et quand ca le fait moins, que propose-t-on ? D'augmenter la dose ... La deuxième ligne qui suit Tivicay ® c'est Tivicay ®: il est son propre antidote.

Question : quand ça le fait, qu'est-ce qui interdit de réduire la dose (de cheval, initiale ?)

Rappelons-le: 95% des patients, stables et indétectables, sont en sur-médication inutile et délétère !

Les commentaires


Palmsprings 23 janvier 2016 à 01:42


Charles-Edouard! 24 janvier 2016 à 00:49


legoeland le 24/01/16


Charles Edouard (prise hebdomadaire unique) le 24/01/16



4 commentaires:

  1. Palmsprings23/1/16

    J'ai eu mon rendez-vous avec mon infectio aujourd'hui. Bon j'ai demandé a passer d'Eviplera à Tivicay, elle n'a pas voulu me le donner en monothérapie, elle l'a donc associé à Truvada.
    Je termine ma boite d'Eviplera et donc j'attaquerais Tivicay+Truvada.
    600 + 500 euros !!! 1.100 euros/mois = c'est dingue ! Même si je paye pas bien sûr, moi je suis sensible à ces coûts..
    Je voulais essayer Tivicay (+ éventuellement associé à Lamivudine) mais elle n'a pas voulu.
    Faut des associations pour être parfaitement traité selon elle.
    Tivicay en mono c'est trop léger !
    Bref, affaire à suivre, j'espère ne pas avoir des soucis comme en septembre avec Triumeq !
    Elle m'a aussi fait une ordonnance pour Eviplera si je rencontrais des soucis avec Tivicay.
    Je pourrais aller à la pharmacie et repasser à Eviplera.
    Elle est consciente de "la petite cuisine" qu'on fait ici, les allégements, les conseils qu'on se donne et cette fois elle a mis de l'eau dans son vin...
    Qu'en penses-tu ?
    Eviplera m'a sacrément transformé physiquement, c'est pour çà que j'essaye d'autre trithé..

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire s'inscrit dans la lignée de la discussion apparue sur le billet "Stribild EACS-2015 Hocqueloux"

    Je l'ai donc publié là et j'y est mis ma réponse.

    RépondreSupprimer
  3. legoaleand24/1/16

    La simplification par Tivicay et Lamivudine intéresse aussi par ses aspects économiques : http://cid.oxfordjournals.org/content/early/2015/12/27/cid.civ981.abstract. Et là, on tient peut-être le bon bout !

    RépondreSupprimer
  4. Oui... J'avais mis le lien dans le billet "le genie du Dr Cahn". J'yavais meme précisé que l'essai, que les auteurs appelent de leurs voeux, est d'ores et déja lancé : il s'appele ASPIRE. C'est comme Lamidol.

    Aux US, ce srait une vraie révolutuon: il n'y connaissent ni ICCARRE, ni la mono IP

    Il en sont encore a essayer de convaincre les patients, souvent sans assurance, a se traiter... A peine 50% sont sous traitement , et quand il le sont , c'est une TRI

    RépondreSupprimer