Rechercher dans ce blog et pages liées

2023/05/21

Duetto et Controverses


   participez aux discussions ! ou alors sur Telegram: t.me/charles_edouard   



Duetto : l'ANRS se moque de qui ???

Par Charles-Edouard!

Des Nouvelles de Duetto


Duetto, c'est quoi ? Dans sa présentation, à lire ici, (ou l'archive) ils disent vouloir...

Relayé par le TRT-5, (ou l'archive) l'ANRS fait un communiqué succinct, avec quelques chiffres, sans trop de précisions... (ou lire l'archive)

Point positif : cela s'inscrit dans un mouvement progressif. Compte tenu de la psychologie des patients et prescripteurs, la progressivité, c'est plutôt bien. Ça permet à la stratégie éprouvée ICCARRE (alias Quatuor 4/7 en TRI) de déboucher sur autre chose... Ou pour les gens en BI (7/7) d'évoluer vers 4/7... Bon... Et Après... Ben, après, il n'y a rien... Duetto t'envoie sur une voie de garage.

Parce qu'au-delà de BI en (en 4/7) on propose quoi ??? La monothérapie de Darunavir (tm) ??? La Monothérapie de Tivicay ?? Ah! Pourquoi pas... Ça, ça marche sur une population triée a priori. Ça se prête donc mal à ce genre d'essai MacDo (venez comme vous êtes... ⁣). Avant d'envisager le Mono de Tivicay(tm), il faut, à tout le moins, être éligible. J'ai déjà commenté amplement sur le sujet, et, si vous voulez, j'y reviendrai...

Gros avantage: pouvoir, enfin, se débarrasser ET d'Abacavir (ABC) Et de TDF (dans Truvada), deux grosses saloperies, toxiques au long cours... (observation consensuelle, s'il en est). C'est juste qu'il y a mieux à faire en 2023...

Donc ça ne m'intéresse que modestement... D'ailleurs personne ne m'en parle...

Toutefois, le communiqué de l'ANRS, lui, est intéressant à plus d'un titre et vaut son pesant cacahouètes ! Avant toute chose : allez le lire (ou son archive)

Le seuil de non-infériorité : c'est 5 % !


C'est inévitable, qui dit essai de non-infériorité, dit seuil de non-infériorité, lequel est défini AVANT l'essai. Il résulte d'un savant calcul probabiliste. Vous pouvez jouer avec ce simulateur, par exemple. On retient que plus l'essai est grand (plus puissant, donc), plus l'écart se doit d'être petit, et vice-versa. L'usage FDA pour un essai de cet ordre de grandeur, par exemple pour la validation d'un nouveau médicament (ex. DTG vs EFV) c'était 12 %. Pour l'essai Breather: 12 %, pour Quatuor 5 %. La FDA a annoncé des discussions pour réduire ce seuil plutôt vers 8 %...

Hormis le savant calcul sur la puissance, c'est un peu politique... Pour le fabricant d'un énième médicament, un peu plus large, ce n'est que mieux... L'ANRS, qui n'a JAMAIS eu à définir le moindre essai de validation de molécule, complique la tâche des allégeurs en mettant la barre à ... 5 %.
Cela résulte d'un calcul formal sur une hypothèse décidée entre marchands de tapis (tapis ou autre... ⁣). L'hypothèse testée est qu'il n'a aucune différence d'efficacité entre 4/7 et 7/7. Exigence la plus exigeante qu'il soit possible. Et, c'est inscrit dans le marbre : on ne le change pas après coup. Surtout pas !

Sur ses documents (voir par exemple la fiche technique, ou son archive), l'ANRS omet allégrement de préciser ce seuil, consubstantiel à un essai de non-infériorité, pourtant défini a priori par eux-mêmes. Mais... Sous l'œil vigilent de l'agence américaine (attentive à ce type de triche éculé) l'ANRS ne peut y couper et est bien forcée d'afficher le taux prédéfini par elle : c'est la règle. (En France, ils semblent s'en affranchir... Ça ne coûte rien d'essayer de gruger en douce)

On le trouve où ? Sur clinical.org, sur la fiche DUETTO (NCT04867083) (ou son archive), c'est le même que pour Quatuor (ou son archive) . C'est inscrit dans le marbre... ⁣Il y a même un justificatif du calcul: C'est 5 %. C'est rat ! (à l'image de ceux qui l'imposèrent) mais c'est 5 % : on n'y revient pas!

Je dis que c'est rat, parce qu'il faut bien rappeler que la prise n'est pas contrôlée, ce n'est pas un essai EN clinique. Et les gens trichent allégrement, dans un bras comme dans l'autre ! Mais ils ne trichent pas pareil ! Si tu triches à 7/7, ce sera plutôt 5, 4, voire 3. Si tu triches à 4/7, c'est moins (sauf à prendre plus ?!). Le taux de triche constaté, (celle qui s'est vue...) lors d'ANRS 4D est de 3%, sans tenir compte de toute la triche qui ne voit pas, car rappelons-le, ça marche aussi bien à très bien à 3/7, 2/7, voire moins !

Et l'écart est... dans les clous ! Bingo ! C'est gagné !


Voici ce qu'écrit l'ANRS :
L'écart, si on les en croit, est de 96,3 - 94,5 soit 1,8 %. Un peu plus bas, ils donnent les chiffres brut: 8 dans un bras de 219 vs 0 dans l'autre bras ça fait 8/219 soit 3,7 %. Et 3,7 ça passe, et même confortablement! On retrouve même le même taux d'échec de triche ?) que dans ANRS-4D

On peut discuter de tout... Sauf des chiffres ;-)


Le communicant qui a pondu ce slogan doit se le prendre dans la tronche, en veux-tu en voilà! Au mieux c'est une communication foireuse, elle n'en est pas moins trompeuse ! Bon... Avec un peu de chance, ça passe... Ouais, mais pas de chance ! Ca marche, ca marche, point barre ! Invoquer les blips ne trompe personne, les blippers ont triché mais ils ne peuvent pas faire autrement que de tricher un peu plus en 4/7 (facial) qu'en 7/7 (facial)

Et l'ANRS de déclarer que ça ne le fait pas !


C'est ce qu'ils disent.

Là, les gens impliqués vont avoir du mal à l'avaler ! Il va falloir leur tordre le bras à le faire craquer ! Et puis il y a tous ceux qui vont s'en rendre compte. On verra peut-être de Truchis refaire le même coup : admettre qu'il y a eu triche dans ANRS 4D, dans la presse française, et NADA quand c'est en anglais. Ça passe une fois, mais deux ???

Alors les perroquets… perroquètent...


C'est dans leur nature. Défendre l'intérêt des patients ??? Attends, attends, tu n'as rien compris au business. Alors on va compter les coups. Mes mots de recherche: Google ? Duetto+ViH+inferiorité.

Commentaire d'un précurseur attentif :
On ne l'envoie pas dire !

Que c'est nul, que c'est nul, que c'est nul!!!


Les bras m'en tombent ! Heureusement que je n'aie pas attendu pour embrayer sur ICCARRE, mon voyage de 10 ans déjà...

Je remercie mes amis, professionnels et patients qui m'ont alerté sur le sujet. Dans de prochains billets, nous ausculteront plus avant le seuil de non-infériorité, ce qu'il nous révèle des vraies intentions. Nous verrons en quoi l'essai permet de rappeler des points auxquels nous sommes attachés. Enfin, on auscultera de près quelques faux-nez.

N'hésitez pas à commenter (en particulier si vous pensez que je me suis trompé), liker, partager et à utiliser

Fermez la TV et ne vous laissez pas tromper par la vérologie parisienne

2023/03/20

Pharmacocinétique et surdosage


   participez aux discussions ! ou alors sur Telegram: t.me/charles_edouard   

Peytavin, Pharmacocinétique et surdosage

Par Charles-Edouard!



Très bien vu! Et chacun à son rythme, comme on le sent. C'est aussi important de témoigner sur les molécules : d'une main Leibo pensait qu'il fallait ajouter une quatrième molécule, d'une autre un raccourci simple consiste à penser que DTG, CTG et BTG, les INIs de 2 ème génération, comptent double. Un seul cachet de Biktarvy par semaine, c'est quand même plus cool ! A ce rythme-là, les injectables semblent peu attrayants.

Eclipse vs Pharmaco-cinétique


Chaque fois qu'on entreprend une réflexion sur le médicament et le VIH, il faut commencer par l'Eclipse. Elle a ceci de remarquable : elle s'observe facilement pour chaque patient, elle est propre au VIH, qui reste une pathologie phare où le traitement est prescrit à vie. Ainsi, on n'observe pas d'Eclipse exploitable sur le VHB, VHC, etc. Malgré ce caractère spécifique, unique, on fait encore appel à la pharmacocinétique pour porter un éclairage sur LA dose, en maintenance. A tort ...

L'idée de base est simple (mais hors sujet) : lors de suivi de patients, on monitore la charge virale et le taux de molécule dans le sang. On construit un tableau pour déterminer si la dose est un facteur prédictif de l'échec. On a donc, idéalement, des faux positifs, des vrais négatifs, etc. une sensibilité et une spécificité : promulguer un seuil, sans préciser sa sensibilité ET spécificité est une FAUTE.

Eclipse et Dose-Seuil sont incompatibles !


Je me place ici dans le seul contexte de la maintenance. L'initialisation ne dure que quelques mois, avec des combinaisons modernes, plutôt bien supportées, en tous cas, sur le court terme. Dans cette étape, disons le premier trimestre, le surdosage est dommage, certes, mais pas trop préjudiciable, dirons-nous...

Au delà d'un an, chez la patiente respecteueuse de la posologie, sur un virus suceptible, l'Eclipse apparaît de façon certaine, inéluctable, observable à chaque fois. Dans la version 'moderne' on n'observe pour ainsi dire pas d'Eclipse de moins de 7 jours.

Ce n'est pas parce qu'on n'exploite pas l'Eclipse qu'elle n'existe pas. Une prise efficace (au sens de la bio disponibiité), d'une combinaison efficace (au sens de l'efficacité biologique), une fois par semaine suffit.

Bien sûr, il y aura toujours l'exception des quelques patients, qui, prenant d'autres produits, ne seront pas dans le contexte de la prise efficace: il faut les exclure de l'analyse car le facteur prédictif n'est pas LA dose, mais la polypharmacie. Ca ne viendrait à l'esprit de personne d'inclure des patients dont le virus est peu suceptible dans une étude de détermination de la dose seuil, applicable, en théorie à tous les patients et tous les virus, pour la plupart... suceptibles.

Ces cas rares doivent être exploités séparemment car ils sont trop peu nombreux pour construire une sensibilité acceptable ou s'imposer au cas général.

La patiente en échec, en maintenance, invalide l'une des trois conditions:
- efficacité de la prise
- efficacité anti-virale
- prise au moins une fois par semaine

Par exemple, ICCARRE en 3/7 avec Isentress, ne marche pas, car on invalide une condition: la moélcule est efficace, certes, la prise hebdomadaire à minima, est faite, certes, mais la biodisponibilité est catastrophique.. Compte tenu d'une galénique désastreuse (elle aura été refaite 2 fois... Subrepticement...), le seul moyen d'assurer au moins une prise efficace par semaine, toutes les semaines de l'année, c'est de prendre au moins 8 doses habdomadaires. C'est dire à quel point ce médicament est problématique dans notre contexte.

En maintenance, sous nos tropiques, on sait éliminer des facteurs contributifs à la prise inefficace: mauvaise galénique (cf Issentress), interaction médicamenteuse... Le génotypage généralisé et les algorithmes de choix ameliorent grandement la constitution d'une combinaison anti-virale efficace.

Reste l'oubli pur et simple du traitement sur une période de plus d'une semaine. Quand la patiente vient faire sa prise de sang, on observe l'echec ET une dose sérique. Eh oui, parce que la patiente qui a oublié ses doses, n'a pas oublié son rendez-vous, puisqu'elle est là! Et donc au moins 1 ou 2 j. avant la prise de sang, la patiente reprend le traitement et la dose mesurée n'est pas celle de prise mais de reprise. Ces patients sont dans le monde réel, pas en clinique.

L'existence de l'Eclipse, fait que ce n'est pas la SOUS prise qui la cause potentielle de l'échec, c'est la NON prise. Et attribuer la dose de reprise à une sous prise est une erreur de méthode: il ne faut pas le faire, c'est trompeur. Il ne faut pas le faire.

Injectable sans dosage n'est que ruine de l'âme...


Dès lors on s'étonne de la publication par Paytavin et Al. d'une recommandation de Seuil d'alerte, telle que publiée par Groupe Pharmacologie et Résistance - AC43 de l'ANRS. C'est du delirium très mince! C'est ici!

La seule chose qui me paraisse utile et souhaitable, du point de vue de la patiente raisonnable, soucieuse de son corps et de sa santé à venir, c'est de recommander le dosage thérapeutique! Parce que le dosage thérapeutique ouvre la porte à la réduction de dose pour (presque) tous. Franchement, ne pas faire le dosage dans cette thérapeutique, c'est une perte de chance: on pert l'opportunité de réduire la dose, donc le coût et la douleur lors de l'injection, et, bien sûr, la toxicité. On peut vivre dans l'illusion que la toxicité est faible (preuves ???), mais on ne peut nier ceci: réduire la dose réduit la toxicité: c'est imparable! Donc il faut faire ce dosage.

Un écart de 1 à 10 parfaitement exploitable...


Ce que l'on observe, qu'on lit dans ce rapport, (Efficacy and Safety Outcomes by Emilie Elliot) sous la plume du fabricant, c'est que chez les patients en succès thérapeutique, ii existe un rapport de 1 à 10 dans la dose de Cabotegravir (et de 1 à 7 pour Rilpivirine). C'est enorme ! 1 à 2 ca laisse peu de marge, mais 1 à 10! D'autant qu'il faut se rappeler que chez une majorité de patients non ou mal sélectionnés la Rilpivirine est INUTILE.

Même si on s'y prend comme des manches (essai hollandais), ce n'est certes pas une vaste majorité, mais une majorité confortable quand même. Si on s'y prend sérieusement (essai suisse, publications de Lanzafame), c'est 100 % de succès en Monothérapie. donc la Rilpivine, par ailleurs une bonne source de complications: il faut se poser la question! 1 à 10 : il y a de quoi garer un camion! Franchement s'injecter 10 fois plus que nécessaire !!! De temps à autre vos toubibs doivent se poser et réfléchir un peu: ils ont des patientes. en succès à 1. et ils laissent les patientes en succès à 10 sans rien faire ??? C'est service minimum ! Pour un service aussi médiocre, inutile d'avoir un toubib. Il suffit simplement d'aller à Bichat.

Une recommandation d'alerte délirante mais EXPLOITABLE


Alors que la nature du VIH y est adverse, la Peytavin and Co a osé publier un seuil d'alerte: et il faut s'en alarmer! Oh, ils sont prudents et rigoureux: il y a un cave canem et un gros qui plus est... Mais quand même!

Redevenir Cartésien et remettre l'Eclipse au centre


Redevenir artésien, c'est à dire faire confiance à sa propre rationalité, parque l'empirisme de la Médecine par les Preuves ne nous apporte plus rien: le domaine des doses observées est si éloigné de ce qui est strictement nécessaire, qu'on ne trouve plus d'échec instructif.

Les patients en maintenance ont TOUS une éclipse. TOUS. C'est à dire que la quantité nécessaire au succès thérapeutique est disons, 10 fois moins que ce que l'on vous inflige. Les patients qui échouent en injectables ont aussi échoué leur Eclipse. Les conditions d'échec de l'Eclipsothérapie sont connues: s'y prendre trop tôt, manquer des prises, utiliser une combo peu efficace sur un virus non ou peu sensible.

L'échec de la pharmacocinétique en mirroir de l'échec la team French-Resistance


Il n'y en a pas un pour rattrapper l'autre! Le Pr Katlama a mis en évidence le Talon d'Achille: En monothérapie de maintenance, ses seuls échecs étaient des patients ayant pris un INI de première génération par le passé. Il suffit de lire le dossier médical pour identifier le risque. Le virus, lui, il n'a pas un téléscope pour le lire le dossier: l'information est dans le génome. Et là... La team French-Resistance... Elle sèche! Rien nada. On ne sait pas lire le livre aussi bien que l'on ne pense. Le genotypage est tenu en échec. Le phénotypage in-vitro ? Ca on n'en sait rien, personne ne le fait... Mais le phénotypage in vivo, il existe de facto... Et le cobaye, c'est la patiente.

C'est à cela que sert le boot-in: avant de prendre la combo 'injectable', on teste, in vivo, la combo orale... C'est in-vivo, ce n'est pas algotithmique et ca vous dit à l'avance, si ca va marcher ou pas...

Le boot-in est une condition nécessaire, indispensable, pour s'assurer que le virus est parfaitement suceptible... On pallie ainsi au manque de discernement du genotype. Dans ce cas-là, c'est sérieux: on passe à l'injectable en confiance.

Sauf que là: on n'a pas fait le boot-in ! Et on essaie de vous expliquer que c'est à cause de la dose... C'est du délire: on est passé outre la seule méthode possible pour détecter le Talon d'Achille: le boot-in!

Les bras m'en tombent, mais la brêche ainsi ouverte est exploitable


Il faut prendre le temps de réfléchir à comment exploiter cette recommandation à faire le dosage. Il suffit probablement de mettre la Recommendation en question sous le nez de la toubib et EXIGER le dosage. Et au vu du résultat, vous saurez où vous en êtes...

Si la question se posait à moi, c'est ce que je ferais! Et sans le boot-in, en ce qui me concerne ! Pourquoi ? Parce que j'ai déjà pratiqué la MONO-DTG,en succès, pendant plus d'un an... Donc, ca va... C'est safe... Tellement safe, que pour moi, ce sera(it) SANS RILPIVIRINE. On a le droit de ne pas être trop idiot!...

Dans l'actualité


VIH : comment alléger le traitement par Dr Pierre de Truchis, Dr Benjamin Davido (2019)

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

Fermez la TV et ne vous laissez pas tromper par la vérologie pharisienne



Les commentaires


Anonyme


Charles-Edouard!


-->

2023/01/02

Meilleurs Voeux 2023


   participez aux discussions ! ou alors sur Telegram: t.me/charles_edouard   

Meilleurs Voeux pour 2023

Par Charles-Edouard!

Le blog a été momentannément interrromu par des circonstances exceptionelles. Elles ont beaucoup retardé mon travail et j'ai beaucoup à rattrapper. Cela finira par s'écliarcir, et je pourrais reprendre. J'ai cherché à comprendre pourquoi les injectables, à base de Cabotegravir (c'est à dire du Dolutegravir légèrement modifié pour allonger la validité des brevets) sont à des doses aussi élevées. Une fois de plus le fabricant ne tient aucun compte des essais de Phase 2... Ah quoi bon s'embeter! Et personne ne remarque rien ?!

Dans la lignée d'ICCARRE, et de son avatar de guérison (Eclipsothérapie), je teste une approche similaire de réduction adaptative de la posologie dans une autre maladie chronique: le diabète. Avec,pour l'instant des résultats encourageants!

Donc, on n'en a pas fini de cette triste affaire de surmédication.

Meilleurs Voeux à tous !

Charles-Edouard!

2022/10/23

GOF ou ADM


   participez aux discussions ! ou alors sur Telegram: t.me/charles_edouard   

Gain de Fonction ou Arme de Destruction Massive

Par Charles-Edouard!

Dr Z. et son témoignage d'outre tombe


YouTube fait revivre devant nous nos chers disparus... Dr Z. nous a laissé plusieurs témoignages sur sa Foi et aussi sur sa démarche médicale.

J'ai déjà fait référence à cette vidéo remarquable: Nous aurions pu mettre fin au COVID il y a bien longtemps, avec Dr Drew. On trouve une intervention similaire, sur une plateforme alternative (Rumble), dans The Dr. Ardis Show. Vite on archive ! La deuxième est plus difficile à suivre, mais fournit très exactement les références aux articles, publications, brevets qui étayent le raisonnement.

Dr Z. suit un narratif qui dramatise son propos: je le remets dans l'ordre historique afin de vérifier point à point ses arguments. Pour l'exposé, j'utilise la video sur YouTube, avec Dr Drew, les références bibliographiques sont reprises de l'interview sur Rumble.

Dites "Adieu" au Gain de Fonction


Ce qui est le plus 'fort', le plus inédit, le plus dérangeant est l'affirmation selon laquelle l'expression Gain de Fonction est un euphémisme qui dissimule la recherche sur les Armes de Destruction Massive.

Le faux témoignage de Collin Powell, aux Nations Unies, concrétise pour les générations futures, la paranoïa entretenue par l'administration Américaine, soucieuse de justifier la main mise sur les richesses de la région et de faire un écran de fumée à ses propres errements biologiques, à Fort Derrick. Apporter la démonstration qu'il est possible de faire des ADM biologiques, c'est apporter une justification à posteriori, d'une campagne militaire, qui avec ses dégats satellites, aura fait environ 4 millions de morts. Indéniablement, c'est, à l'époque, un sujet chaud.

L'argument de Zev? Quand une persoone perd des capacités fonctionnelles suite à un AVC, puis retrouve ses capacités d'antant, c'est un gain de fonction. Ma lecture est que si nous étions capables de voir dans l'UltraViolet, ce serait un gain de fonction. Savoir si un virus peut devenir plus infectieux, voire plus léthal, ce n'est pas pour un gain positif, mais c'est bel et bien pour tuer.

Ici, on n'a aucune difficulté à imaginer qu'aux USA on édulcore un concept controversé en l'habillant qu'un terme plus facile à avaler: c'est du marketing trompeur et des M&Ms. les 'Spin Doctors' de la comm n'eussent pas fait mieux !

Calendrier du développement d'ADM


A tout le moins, on pourrait espérer une vraie enquète indépendante, comme réclamée dans cet article: Opinion : Un appel pour une enquête indépendante sur l'origine du virus SRAS-CoV-2

 Calendrier de développement d'ADM viraux par R. Baric, slon Dr Zev. 
 Année  Réalisation  Source 
 1999  Premières publications   
 2002  Premier brevet  US7279327B2 
 2010  Zn+HCQ = Antidote  Article Plos Path. 
 2014  Moratoire Obama sur le GoF (WMD)  Article de Nature 


Quid du brevet US7279327B2


Vérifions ce que prétend Dr Zev. : Baric développe la pathogénicité, l'un des 2 composants de la 'bombe'. L'autre étant l'infectivité, qui sera inventée plus tard. Effectivement:

- ce brevet existe, il est bien de 2002
- R. Baric est bien cité comme inventeur
- Le texte reprend à l'envi que le processus breveté est non réplicatif: ce brevêt ne concerne en rien une augmentation d'infectivité

Ce brevêt est très technique et il faudrait un avis éclairé pour savoir s'il s'agit là d'une recette d'augmentation de la pathogénicité comme le prétend Dr. Zev. Soyons modeste: je ne sais pas confirmer! Je veux bien écouter l'avis d'experts

L'argumentation de Ralph Baric


Ralph Baric défend son point de vue ici: La réglementation empêche-t-elle le développement de thérapies susceptibles de prévenir les futures pandémies de coronavirus ? Il explique qu'il est impératif d'augmenter la pathogénicité, car CoV animaux leur sont trop bénins pour evaluer l'efficacité des molécules ou vaccins...
Selon R. Baric lui-même, il leur aura fallu augmenter la pathogénicité pour mettre en évidence l'effet potentiel du Remdesivir: il n'y a pas à tergiverser, puisque c'est lui-même qui s'en vante. La Baric and Co sait augmenter la pathogenicité

A voir sur YouTube...


Short-Cycle Therapy in HIV-Infected Adults: 4 days on / 3 days off... par Dora Luise. Archivez-la , avant qu'elle ne disparaisse... On y reviendra

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

La seule immunité véritable est celle qu'a obtenue Pfizer contre les plaintes des victimes

2022/08/01

Tricheur démasqué


   participez aux discussions ! ou alors sur Telegram: t.me/charles_edouard   

Un tricheur démasqué

Par Charles-Edouard!


Autre sujet : C'est l'histoire d'un patient, avec un long historique d'effets secondaires. Il pèse à peine 50 kg, il est suivi en territoire ennemi ... Il est sympathique et peut être un peu dragueur. Bon ... Je lui parle d'ICCARRE, lui fait rencontrer quelques amis Iccarriens: ça l'intéresse. Sauf que moi, je ne fais pas de conseil médical ! J'ai une bibliographie dense et il lit l'anglais, il voit vite que cela pourrait être pour lui: notre challenge est de le mettre dans les conditions les plus favorables : lui trouver un toubib du bon camp, vérifier à l'avance quelques points de conformité aux critères d'inclusion de Quatuor.

Il était sous Genvoya ... Un INI de première génération. Faire l'intermittence avec ces INI de première génération, ce n'est pas top : il y a des échecs (Isentress) ou trop peu de participants (Quatuor). Genvoya a un booster dont l'efficacité n'est connue qu'en prise continue. Que vaut le booster (cobicistat) en intermittence ? On n'en sait rien ... , dans le doute ...

Il est malin, il fait le pitre et sa toubib, du camp adverse, le change sous Biktarvy ... Il y a bien une ordonnance d'un médecin ! On ne peut rien me reprocher ! L'ordonnance, ce n'est pas moi qui l'ai écrite ... Il vérifie en outre, avec elle, qu'il n'a pas d'hépatite B: c'est un critère d'exclusion de Quatuor, donc là, on est safe. Et le voilà dans la configuration maintenant classique de nos amies lectrices.

Reste à lui trouver une consultation chez un toubib ami ... C'est en cours ...


Une histoire incroyable mais ... vraie !


Si c'était moi qui la racontais, toute la vertu-o-sphère me tomberait dessus ... L'histoire nous est révélée par Jana Blazkova, sous la direction de Anthony S. Fauci et Tae-Wook Chun, dans le journal Nature (Medecine). C'est certifié sous toutes les coutures ... Bon ... Fauci, Nature, ça faisait sérieux avant ... Maintenant avec toutes les inepties qu'on se prend depuis des mois, leur crédibilité est sujette à caution, mais bon ... On va prendre pour argent comptant.

En fait ... Prendre pour argent comptant est justement l'erreur que dénonce cet article, qui relate comment les investigateurs se sont laissés tromper. A l'occasion de la mise en garde qu'ils nous font contre les Faux-Guéris, ils nous racontent comment un patient malin a retourné la situation à son profit, et qu'ils n'y ont vu ... que du feu !!!

Car c'est l'histoire d'un patient qui a fait croire à sa remission, en trompant son monde. Chose que moi même, je pourrais faire, par exemple ... Donc je vois bien comment ca se passe.

L'article est ici : Des mécanismes distincts de contrôle virologique à long terme chez deux personnes infectées par le VIH. Je l'avais signalé dans un billet de Déc. 2021.

Encore une Eclipse longue ... Il faut sortir du déni d'Eclipse


L'histoire est simple et s'inscrit dans ce que j'ai relevé dans ma bibliographie extensive sur l'Eclipse. Machin et Faucy font une intervention Bidule et espèrent qu'elle allonge l'Eclipse ... Ils pourront alors clamer Ubi et Orbi que leur Bidule a fait avancer le Schmilblick, empocher les financements, et rebelote. Il y a un groupe d'intervention et un groupe de contrôle (placebo). On s'intéresse ici à des patients du groupe contrôle: on ne leur a rien fait. Une injection de sérum physiologique, rien de plus ...

A la fin, on demande à tout le monde de faire une ATI (Interruption Analytique): les patients arrêtent le traitement et font une CV tous les 15 jours... Classique... En France, on ne sait pas faire une ATI, mais ailleurs, on sait ...

Evidemment, comme d'habitude, l'intervention Bidule ne fournit aucun bénéfice, et nous, nous nous intéressons aux contrôles qui sont comme vous et moi, n'ont pas reçu l'intervention Bidule mais vont aller se faire contrôler tous les 15 j. Il s'agit ici de l'essai publié par Sneller et qui est dans notre bibliographie. C'est l'essai NCT01859325

Et, comme toujours, on trouve une médiane de l'Eclipse assez longue, ici à 28 j. Et, comme toujours, on trouve 1 ou 2 patients à l'Eclipse super longue, naturellement, comme cela, sans avoir rien fait ! C'est d'ailleurs pour cela qu'il faut utiliser la médiane et non la moyenne, car la moyenne est impactée, à tort, par ces valeurs hors norme.

L'occasion fait le larron


Donc voici notre brave patient qui vient faire ses CV, tout les 15 j. pensant bien qu'un jour, le rebond aura lieu. A priori (il faudrait vérifier), le patient ne sait pas s'il a reçu le 'vaccin' ou le placebo. Le patient peut s'étonner ce de qu'on le fasse venir et venir. Mais, après tout, si le 'vaccin' marche, ce serait plutôt normal. Ici, le patient, tenu dans l'ignorance, peut s'étonner de ce que son rebond tarde à venir ... Nous, nous n'en sommes pas surpris outre mesure, mais vu la doxa régnante, c'est probable qu'il se dise : je suis dans le groupe qui va être guéri par ce vaccin, auquel je crois, à l'essai duquel je sacrifie mon temps, et qui me fait croire en des jours meilleurs : je fais partie d'une aventure révolutionnaire, avec le grand Fauci en Maitre de Cérémonie.

Au 56 j. Zut! la CV pointe son nez. Ca, il a du le savoir... On lui a demandé de revenir ? On le lui a dit? On a évoqué la reprise des médicaments ? Va savoir ... Mais il y a quelque chose.

Car, là, au soir du 56 ième jour, Mesdames et Messieurs, il se passe quelque chose hors du commun : malgré un rebond à 25.000 copies, sa CV redevient indétectable... Naturellement ?? A posteriori, ils n'ont pas trouvé d'ARV, à ce moment là (il y en aura, plus tard ...)

Eclipse Naturelle ou triche ...


Comme les prélèvements sont conservés, on pourra reconstituer l'histoire lorsque la supercherie sera mise à jour. Là déjà, ça pose un énorme problème: si l'investigateur ne sait qui a recu le vaccin qui a recu le placebo, il pourrait être enclin à croire que le 'vaccin' fonctionne, et enclencher ce que cela mérite de publicité, d'auto congratulation, de demandes de budget, brevets, etc. Comme la recherche du temps au rebond se fait dans la durée, l'investigateur doit savoir, d'une façon ou d'une autre : on ne va pas attendre le tout dernier rebond. D'autant que les autres, les vaccinés, ont tous rebondi. Le bidule est un échec ! Mais 2 patients du groupe placebo ne rebondissent toujours pas! Le placebo marche mieux que le 'vaccin'

Imagine donc que le patient soit Charles Edouard ou l'un de ses égaux ...

D'autant que la triche a un coût pour le patient : 5 ans durant (5 ans !) il va aller se faire faire une CV tous les 15 j. ! Bon... Il fait peut être une prise de sang tous les 15 j. pour autre chose, va savoir... Quand même, , il finira par prendre des médicaments en cachette : on doit se méfier d'un peu tout dans cette affaire ...

Au 56 ième jour, il affiche 25.000 copies ! Quand même !... Rien la fois suivante. Abaisser 25.000 copies sans rien faire, et sans que cela ne suscite aucune réaction, c'est incroyable... Sauf, sauf, si l'experimentateur pense que son 'vaccin' marche... Bien sûr qu'il l'espère. Nous, on nous dit, aujourd'hui que le patient était dans le groupe placebo ... Mais il aurait fort bien pu être dans le groupe vacciné. Et la reprise de contrôle, naturellement, sans rien faire, aurait été un signe du bon fonctionnement d'un candidat 'vaccin' thérapeutique.

L'expérimentateur laisse faire, emporté par l'espoir d'une efficacité vaccinale. Parce que tant qu'il n'y a pas eu de rebond, on ne s'est pas préoccupé de savoir pourquoi ... L'expérimentateur, tout à son espoir de voir au moins sur 1 ou 2 patients une efficacité de son 'vaccin' ne soupconne pas un seul instant la triche : pas un seul instant il ne fait de dosage. Il les fera, à la fin, rétrospectivement, mais pour le moment, il se laisse porter.

Comment tricher ...


Dans un essai de cure Brésilien (Auranofin? ), on pose la question à l'expérimentateur qui la balaie en disant qu'il est impossible, au Brésil, de se procurer des médicaments en douce. Quelle naïveté ! La difficulté est la même partout et la méthode pour contourner aussi ! D'ailleurs, on n'entend plus parler de l'essai Brésilien ...

Si les 1/15 (dont moi même) s'y prennent bien, ils peuvent faire croire à une guérison et en positionnant bien leurs prises de médicaments et prises de sang, il sera même impossible de mettre en lumière la supercherie, même à posteriori !

Et, c'est pour cela même que je le fais : je veux pouvoir passer en dessous du radar ! Quand une autre toubib me demande si je prends d'autres médicaments, je réponds NON ! Et ce n'est pas un mensonge, c'est un un-quinzième de mensonge, donc un tout petit petit ... Sauf à venir faire du test à l'improviste, comme pour l'anti-dopage sportif, il est IMPOSSIBLE de prouver que nous ne sommes pas guéris ! Et avec la Sero-retro-conversion, mon nouveau dada, on n'est même plus S+ ... Voyez donc : pas de CV, pas de reservoir, pas de médoc, et pas d'anticorps ... N'etait mon historique enregistré à l'hôpital, je ne pourrais même plus prétendre entrer dans le système de soins. Et bien cela, le tricheur va la faire. Moi pas, mais le tricheur oui. Et l'attitude de l'expérimentateur pose question, aussi ...

Comment berner la Fauci & Co


Pauvre A. Faucy ... Il porte sur lui la responsabilité d'avoir financé les recherches de Dazak et Mme Shi (aka. bat woman), à Wuhan, d'avoir cautionné les confinements, les masques, les 'vaccins' mRNA. Et aussi d'être passé complémentement à coté de l'intermittence, qu'il a pourtant inventée (sic), et maintenant il se laisse berner par un patient retord et recommande de faire les dosages sur les CV de suivi des PTC (ou prétendu tel)

Ca ne suffit pas !!! Moi, tu me mets chez Faucy, je te le roule dans la farine sans être repéré : quand je fais la prise de sang, il n'y a pas trace médoc dans le sérum ! Enfin, après 19 j. d'interruption, il reste quoi à votre avis ??? Non seulement ils se laissent berner, mais leur 'conseil' ne permet pas de mettre à jour la supercherie.

Le tricheur a pris un traitement inimaginable: c'est fou


Non seulement, il a pris des médicaments qui lui ont permis de prolonger sa periode d'indétectablité, mais qu'onet quand on voit ce qu'il a pris, on reste sur le cul ! On verra cela une prochaine fois...

Prise hebdomadaire et 1/15


Au 1 Juillet, le suivi confirme que l'ADN proviral (réservoir) reste en dessous du seuil de quantification! Je passe donc à 1/19, en mode asymétrique. Au 19 Juillet, la CV n'a pas remonté !

Dans l'actualité


- La Chine autorise un ARV (anti-VIH) contre le Covid... (source). Tiens, tiens, tiens... Un ARV contre le Covid ??? Lequel ? Eh bien, il s'appele Azvudine. On confirme son existence dans cette compilation : Inhibiteurs de la transcriptase inverse du VIH approuvés au cours de la dernière décennie). Il s'appèle Azvudine, il est chinois de Chine ... Les 4 dernieres molécules étaient Japonaises (Dolutegravir, Cabotegravir, Bictegravir, Islatravir). Maintenant, il y en a des chinoises et des russes ... Nous, notre indépendance a été soldée aux grands groupes anglo-saxons. On ne peut pas dire que la France aura brillé! Zero au compteur ... Ca l'ARV chinois, personne ne vous en avait parlé ... A quoi bon ? Les Chinois y auront droit, les Africains, les Indiens, peut-être, mais vous ?? Non, non... Biktarvy à 800 Euros... Il n'y a pas de problème... Cette indication sur le Covid va ouvrir un marché chez ceux qui ne voudront pas payer Paxlovid...

- Le Dr Zelenko nous a quitté... Il laisse un message vidéo post-mortem qui reflète sa profonde croyance. Et au delà un message très poignant qui ne laisse pas indifférent, même si on ne partage pas ses convictions ... Voir azussi cette interview où il explique dans le détail sa démarche médicale et comment elle a été contrée par la bureaucratie: Nous aurions pu mettre fin au COVID il y a bien longtemps

2022/07/09

Dose de Mammouth


   participez aux discussions ! ou alors sur Telegram: t.me/charles_edouard   

Dose de Mammouth

Par Charles-Edouard!



Il n'y a pas beaucoup de communication autour de Duetto. Pour moi, ça avait marché, DTG+3TC en 4/7, voire 3/7. J'ai laissé tomber. Les autres 1/15 le font avec Truvada, pour l'un, Dovato pour l'autre. Perso, je ne souhaite pas m'exposer au risque d'une mutation sur la 184. C'est d'ailleurs une spéculation très en faveur du Grand ICCARRE, c'est qu'il n'y a pas de présence de molécule donc pas de sélection de mutant.

Mon seul échec aura été en Mono DTG 1/7, heureusement qu'il n'y avait pas la lamivudine ! J'en suis sorti sans dommage. A aucun moment, je n'ai eu un médoc peu puissant en même temps qu'une réplication. Pas fou quand même. Le 'en même temps' a ses limites...


LA dose: un concept idiot et délétère


Toute la construction mafieuse et trompeuse de votre prise en charge repose sur un concept fallacieux : LA dose. Votre ordonnance comprend inévitablement 3 informations : la molécule, la dose, le rythme. Je regarde les miennes et je ne vois JAMAIS que ma toubib prend en compte que j'ai des années de suppression virale, d'observance impeccable de mon rythme (le mien, il est vrai...) et même de disparition du réservoir : c'est inlassablement à la même dose (et rythme) que pour abattre 1 million de copies après des années de réplication. Invariablement...

Toute discussion doit commencer par l'Eclipse. Elle est de 15-21 j. en moyenne pour le patient moderne, dès la deuxième année. Ce n'est pas parce que vous ne l'exploitez pas qu'elle n'existe pas !

Si je prends tout en restant dans l'épure de l'Eclipse, le traitement fonctionne... Que je prenne le traitement 1 jour sur 2, ou EFV 200 mg + Truvada, un jour sur 2, Dovato un jour sur trois, tatati-tatata, ce qui est important, c'est d'être au-dessus de l'épure de l'Eclipse...

Eclipse vs Dose Seuil


Le concept de Dose Seuil (continue) repose sur plusieurs hypothèses : il existe une dose continue nécessaire pour assurer et maintenir la suppression. Pour l'Eclipsothérapie, un rythme est nécessaire maintenir la suppression. En pratique, la dose ne s'observe pas individuellement, alors que l'Eclipse, elle, s'observe facilement : c'est une réalité accessible à l'observation. La dose, non... Personne ne fait d'étude "dose vs maintien de la suppression". Personne. Au vue de l'Eclipse et des études observationnelles sur l'observance, il est raisonnable de penser que la dose nécessaire (en continu) puisse être inférieure en maintenance qu'en initiation/resuppression: ce serait raisonnable de s'en assurer. Sauf que personne ne le fait, et les rares études entachées d'erreurs flagrantes, assumées, mais négligées.

Il existe donc plusieurs évidences de cette embolie excessive, chronique et toxique. Le grand classique est la requalification de dose pour Efavirenz. L'autre, plus subtil, est qu'on traite en maintenance avec CTG à 30 mg, tout autant qu'avec DTG à 50 mg, sans que la différence entre les 2 molécules jumelles ne saute aux yeux.

CTG en injectable : une dose de Mammouth !


Ici l'argument est simple... Une dose est définie (comment ?) pour l'injection de CTG (Cabotegravir) en maintenance. Le passage de DTG à CTG est une réduction de dose déguisée. Vous, vous ne la voyez pas, mais le fabricant se pose légitimement la question de savoir si d'avoir divisé par 2 l'énorme dose de DTG (50 mg = 15 fois l'IC90%, quand même !) en passant à CTG, ne risque pas d'être préjudiciable aux ultra-obèses américains. Après tout, si c'est le cas, on leur fera double injection, il y a de place et du volume. Bon... On se pose la question...

Emilie Elliot, employée chez ViiV Healthcare, nous donne la réponse (elle est publiée ici sur le site de ViiV ; il existe une version en Français ici): non, la dose pour les obsèses est la même que pour les autres. On est bien content, on se tape sur le ventre, circulez, il n'y a rien à voir... Voilà, la dose pour les obèses est la dose que vous allez prendre. Voilà, c'est simple. Normal, c'est prévu pour. Bien sûr, cela veut aussi dire que vous, vous allez prendre une dose qui a été calibrée pour convenir aux obèses. Alors, si vous êtes d'un petit gabarit, bonjour les dégats !!

CTG : 10 fois l'IC-90, dixit ViiV Healthcare



On se souvient de la présentation du Pr Katlama, d'où il ressort que la dose de DTG est de 15 fois l'IC-90. Déjà que l'IC-90 est au moins 2-3 fois l'IC50, je vous laisse imaginer le surdosage. Et cela, sans même tenir compte de synergie, c'est DTG SEUL. Eh bien rebelote avec CABOTEGRAVIR! Ca ne nous surprend pas, puisque c'est kif-kif. Eh bien, cette fois-ci, c'est la même Emilie Elliot (ViiV) qui vous le montre : chez les obèses, comme chez les autres, en régime stationnaire de maintenance, en injection toutes les 8 semaines (2 mois), la dose plasmatique est encore et toujours 10 fois l'IC-90. 10 fois! Et, ça ne choque personne ??

Ma toubib : prudente ? négligente ? incompétente ? ou... criminelle ??


Faisons l'hypothèse que pour un traitement chronique, votre toubib, vous donne, disons, 2 fois la dose nécessaire. Vous l'interrogez, et, elle vous dit : je suis un peu prudente... A vous de voir, mais vous acceptez l'excuse de prudence. Mais à 20 fois la dose ? C'est quoi ?? Vous êtes la victime. N'allez pas plus loin. Vous n'êtes pas juge : vous êtes la victime, votre colère est légitime. Et ce n'est pas à vous de défendre le surdosage en inventant des facteurs qui exonèrent l'incompétence. La victime, c'est vous : l'incompétence, voire l'intention criminelle, ce n'est pas vous.

Pour réaliser l'ampleur du problème, il peut vous être utile de mettre un ordre de grandeur. Bah... Oui... J'ai en face ma toubib et elle me conseille la fameuse injection expérimentale Pfizer : elle connait mes différents soucis de santé et quand je les lui rappelle, elle se ravise. Que penser ? J'ai ma toubib en face de moi qui me prescrit XXX à XXx mg en 7/7. C'est à moi qu'elle prescrit. Je suis victime, mais victime à quelle hauteur? Pour me faire une idée, j'ai fait un estimatif du surdosage, en maintenance, dans le contexte d'une multithérapie synergique, en 7/7. Le voici :

 Voici mon hypothèse de travail: (en synergie avec TDF/FTC): 
 - EFV : 60 mg /j. au lieu de 600 mg/j. soit donc 10 fois
 - NVP : 100 mg/j. au lieu de 400 mg/j. soit donc 4 fois
 - DTG : 5 mg/j. au lieu de 50 mg/j. soit donc 10 fois

Pierre commente que c'est consistent avec sa pratique (EFV 200 mg, 1 j. sur 2)... Si vous voulez, on peut approfondir... Bon... C'est intéressant, surtout avec les injectables ! Mais, en pratique, je continue à penser que la recherche individuelle de l'Eclipse est plus rassurante que la recherche individuelle de la dose continue. Quand on avance, on s'arrête si le virus repointe son nez... Sinon, on continue... Or, dans l'Eclipse, en particulier longue, au moment de l'échec (qui est la limite qu'on attend), il n'y a aucun médoc dans le sang. Dans la recherche de la dose minimale, au moment de l'échec, il y a à la fois de la CV ET du médicament.

J'ai fait beaucoup d'expérimentation proche de la limite, voire au-delà, et mon virus reste clean de chez clean. C'est rassurant!!

LA dose et l'hypothèse cachée


Une des hypothèses sous-jacentes au concept de LA dose est qu'il faille, en permanence, noyer le virus, donc le corps dans un bain constant. L'Eclipse, elle, nous dit qu'il suffit de faire un rythme inscrit dans l'Eclipse pour éviter un échec : les gens qui ont un échec, en maintenance, c'est tout simplement parce qu'ils ont pris moins que leur Eclipse: pour faire court, ils n'ont pas pris du tout !! Et ne pas prendre, du tout, ce n'est pas la même chose que prendre peu ! Il y a 2 théories, LA dose et l'Eclipse... Et l'une exclut l'autre. Elles sont incompatibles ! Or, moi, l'Eclipse, je la vois !

Dans l'actualité


- « Vacciner des enfants avec un vaccin qui n'empêche pas la transmission pour protéger des personnes qui sont déjà vaccinées restera dans les annales de la bêtise de la médecine ».

- les injections expérimentales, en doses hystériques... C'est le Calcul du Pr Claverie:


N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

La seule immunité véritable est celle qu'a obtenu Pfizer contre les plaintes des victimes

2022/05/15

Un pognon de dingue


   participez aux discussions ! ou alors sur Telegram: t.me/charles_edouard   

Ca nous coûte un pognon de dingue

Par Charles-Edouard !

Je connais ce genre de situation, rare en France, mais fréquente ailleurs. Pour y faire face, je trouve qu'ICCARRE est une excellente idée... Mais bon... Il est assez difficile d'expliquer que la modération pharmaceutique est aussi une stratégie contre le boulet qui entrave votre liberté. Notre ami a trouvé une solution dans la générosité du système français : toute personne résidant légalement, depuis au moins 3 mois, sur le territoire français a droit à l'Assurance Maladie. C'est la nouvelle règle... Ce n'est pas pareil à l'étranger. Évidemment pour notre ami, c'est bien... En termes de santé publique, aussi, je suppose.

Je vois quand même un souci de taille : notre ami n'a jamais cotisé, ni ne cotisera jamais, et il coûte au système un cocktail Caviar, que la Sécu paie au prix fort!

Le manque de parcimonie alimente la dette et donc précipite la fin du système... C'est dommage...


Le retour à la normale : une promesse non tenue...


Les taux de la CSG et de la CRDS sont les suivants : CSG : 9,20 % ; CRDS : 0,50 %. Environ 10% des revenus de toute nature servent à rembourser une dette ancienne. S'y ajoute la TVA (20%): le fardeau est lourd, il appauvrit tout le monde, les plus modestes en premier. Il fut un temps où il fallait développer les molécules et les fabrications, quoi qu'il en coûte. Étant entendu qu'une fois les brevets dans le domaine public, les prix baissant (génériques), on pouvait espérer revenir à une situation plus normale.

En pratique, il n'en est rien. Les dépenses françaises en ARVs sont de 1 milliard d'Euros (source Ameli): c'est énorme et indu...

Parmi les causes de cette gabegie : les prix des génériques sont artificiellement gonflés à l'hélium, la parcimonie pharmaceutique n'apparait pas dans les recommendations de la HAS, l'usage des génériques est contrecarrée par les génies du marketing, les mix de prescription évolue en faveur des combinaisons 'Caviar', des génériques intéressants ne sont pas commercialisés. Cela fait beaucoup! Beaucoup trop!

T'inquiètes ! C'est l'Etat qui paye !

Identifier les prix, tous les prix...


Pour juger de la gabegie délirante, il faut connaitre les prix... Faire son marché.

- les prix de détail au Nord : J'utilise la source officielle française : la base de données publique. Chaque pays 'du Nord' dispose d'un outil équivalent. Les prix les plus élevés sont pratiqués aux USA et en Suisse. La source française est ici...

- les prix de détails non subventionnés, chez un prestataire réputé : la Croix Rouge... Le tableau des prix de la Croix Rouge Thaïlandaise est facilement accessible. Elle achète à des industriels dans des volumes qui sont du même ordre de grandeur que nos grossistes pharmaceutiques nationaux : ce sont les prix 'raisonnables' : ils sont la référence pour toute l'Asie du Sud Est... La source est ici...

- les tarifs de super-gros : les grands organismes internationaux, qui font des appels d'offres gigantesques : ces prix-là donnent un ordre de grandeur des coûts de fabrication : quand vous achetez pour plusieurs millions de patients, l'industriel baisse la culotte, mais ne fait pas en déficit. Cela donne une bonne idée de la marge dégagée par les commercialisateurs de génériques chez nous. Marges engrangées par les Mylan, Cipla, etc. qui n'ont aucun frais de R&D. Nada... J'utilise les prix publiés par Médecins Sans Frontières, dont la liste comprend aussi les prix du World Fund. La source est ici...

Voici le Mix...


Pour comprendre l'énormité de la chose, qui nous coûte 1 Milliard !, il faut pondérer par le Mix. Le pourcentage de celui-ci, de celui-là... Comme source, j'utilise Rapport d'activité 2019 du Trait d’Union, un centre spécialisé, rattaché au CHU de Strasbourg, dont on trouve une description ici. Pour le tableau, j'utilise 2018...

En 2019, les différentes molécules prescrites (au sein des différentes classes d’ARV) :
En 2020, on note une lente progression de la proportion de patients sous bithérapie allégée par Juluca® ou Dovato® : 269 soit 20%. Les combinaisons d’ARV les plus prescrites sont alors: - Odefsey® : 198 ; - Triumeq® : 180 ; - Biktarvy® : 173 ; - Juluca® : 127 ; - Dovato® : 114

1 Milliard 200 Millions: les chiffres officiels


Pour constater le fameux Milliard, on dispose d'un outil peu contestable: Dépenses remboursées affectées à chaque pathologie en 2019, etc : c'est publié par Ameli. Le lien direct est ici. Il suffit de télécharger le fichier Excel, disponible pour 2017, 2018, 2019, et on trouve la dépense. Dans le tableau 2, ligne 52 colonne I : 1 Milliard 22 millions ! (en 2017: 1 milliard et 270 Millions, en 2018 1 Milliards 148 millions). Il n'est battu que par le diabète, l'hypertension, les cancers : c'est du lourd, du très lourd.

On y voit aussi 400 millions pour les Traitements hypolipidémiants (statines...), alors que l'hypothèse lipidique, jamais confirmée sérieusement, prend l'eau de toutes parts... Quel gâchis!

Voici les prix...


Nous mettons les prix NON SUBVENTIONNES pratiqués par la Croix Rouge à Bangkok, nos prix Français, et le ratio (choquant, c'est pour cela que je le mets...)

Pour les combinaisons majoritaires, le ratio est entre 20 et 30 ! Et c'est le même produit !!!

Le coût par patient ne baisse pas !


Avec un simple tableur, les prix, les répartitions, on obtient un coût par patient du Trait d'union. On pourrait affiner... On voit l'effet du mix: les efforts faits pour réduire les coûts (ex. négociations, génériques, etc) sont exactement compensées par un changement de mix produit. C'est tellement stable qu'on pourrait penser que c'est fait pour !
Tous les efforts des autorités économiques sont annihilés par davantage de médicaments 'caviars', chers et sans grande amélioration du service rendu (cf avis ANSM) : les politiques publiques sont mises battues en brèche.

Si nous payions au tarif Thaï, c'est-à-dire le vrai tarif du générique, avec les habitudes de prescription françaises (dites, de Chez Maxim's) le traitement mensuel serait à 40 Eu. au lieu de 650 Eu.
Si les Thaïs suivaient la frénésie de luxe à la française, ils multiplieraient leur coût par 4 ! Penser le prix sans penser le mix est une erreur : elle prend sa source dans l'absence de management du système dans son ensemble.

Un nouveau souci : la disparition programmée de la Névirapine !!!


On se souvient des (vaines) démarches de Jacques Leibowitch pour sauver le Videx (tm). Là, c'est beaucoup plus grave ! On verra cela une prochaine fois...

Une vie de Pangolin...


Hier, l'hypothèse de l'échappement du laboratoire de Wuhan était complotiste, aujourd'hui, il n'y a plus grand monde pour défendre le pangolin en couple avec une chauve-souris... Le fameux article du Vanity Fair "Cela ne devrait pas arriver" : Au sein de l'association de chasse aux virus au centre de la controverse sur les fuites de laboratoire., enfonce le clou du cercueil d'une défense hasardeuse. Plus proche de nous, Hélène Banoun, publie une version française de son excellente analyse : Origine du virus de la Covid-19 : mise à jour 1er avril 2022.

On a mis des millions d'argent public (Français et Américain) dans un labo en Chine, censé nous aider en cas de pandémie : question à 10 balles : où est le retour sur investissement? Si ce n'est d'avoir facilité la pandémie...

En quête de renommée scientifique, de subventions et de l'approbation du Dr A. Fauci, Peter Daszak a transformé l'organisation environnementale à but non lucratif EcoHealth Alliance en un sponsor financé par le gouvernement pour des recherches risquées sur les virus, tant aux États-Unis qu'à Wuhan, en Chine. Cette enquête de V.F. montre comment cette organisation s'est retrouvée soupçonnée de contribuer à en déclencher une...

À suivre : gros travail collaboratif pour vérifier les données de l'essai Pfizer... La Justice Américaine a autorisé l'accès au dossier... Ça peut faire mal... Très mal...

Morceaux d'Anthologie

Pr Costagliola (source) :
Il y a 14 mois... La directrice du CDC, Dr R. Walenski (source) :
Oh, que tout cela vieillit bien mal ! . C'est cela, la prévarication moderne.

Dans l'actualité


- Chemical reprogramming of human somatic cells to pluripotent stem cells dans Nature : c'est peut-être important pour reprogrammer les cellules souches du patient lui-même, en ajoutant le blocage Delta 32 (comme chez le patient de Berlin)
- une nouvelle ère dans le traitement du cancer du poumon opérable

On me glisse dans l'oreillette 2 articles :
- VIH : Les anticorps des patients « contrôleurs post-traitement » : effectivement, cela apparait dans notre Equation de L'Eclipse, donc c'est important !

- Un anticorps à large neutralisation entraîne une rémission à long terme du VIH: Une personne traitée par un anticorps largement neutralisant plus romidepsin est restée en rémission pendant 3,7 ans... Mon intuition, c'est qu'on peut arriver à une forme de rémission avec les outils actuels. Mais, avec un tel projet, tu ne peux trouver aucun financement !

Le génie français : le 'Mystère' des Barricades Mystérieuses...


Mais que diable sont ces Barricades Mystérieures qui font le titre d'une succulente pièce de Couperin? La réponse nous est donnée ici par Helge Antoni : dans le langage très codé des précieuses (ridicules ?), les barricades mystérieuses sont... les longs cils des dames à conquérir. Voilà qui nous rend l'oeuvre encore plus sympathique. Pour le piano, la version de Cziffra, virtuose hongrois naturalisé français, est admirable, et, au clavecin notre génial Jean Rondeau y excelle : des cils courbés, une pièce de génie, deux interprétations... Le tout dernier enregistrement de Cziffra est ici... Oh là là... Que c'est beau !

Dans un registre bien différent, on pourra voir ou revoir ce petit chef-d'oeuvre d'humour Africain par le très talentueux burkinabé Idrissa Ouedraogo avec sa contribution, ici au film 11'09''01. Idrissa, tu nous manques !

N'hésitez pas à commenter, liker, partager et à utiliser

Le vrai déli d'initié, c'est de savoir chez quel toubib aller...